AccueilActuBlog

GESICHT

Préface

“La chambre de Timm a été vidée. Où est-il allé. Pourquoi secrètement ? Une goutte de pluie sur la vitre ; Larme de douleur d’un nuage errant. Le vent le soulève de la vitre et le brise en de nombreuses petites douleurs. Quand l’oiseau est parti, la cage est examinée, dit-on. Je fouille les pièces comme si je pouvais le trouver quelque part. Comment puis-je me réchauffer maintenant ? Comment se rafraîchir ?

Werner Lindemann – extrait du livre Timm (1988)

Till Lindemann. Pour tous les amateurs de rock et de métal industriel, se nom évoque le chanteur, compositeur et parolier du groupe Allemand Rammstein.  Pour d’autres, plus souvent de l’autre côté du Rhin,  c’est aussi le nom du fils de Werner Lindemann  ( DDR – Allemagne de l’est ) auteur de livre et de poésie pour enfant et de sa mère Brigitte journaliste. 2002, Till Lindemann sort sont premier livre de texte ” Messer ” – couteau – qui est dédié à son défunt père. Puis en 2013 c’est le tour du recueil de poésie intitulé ” In stillen Nächten ” aux éditions Kiepenheuer & Witsch : Kiwi

Celui-ci rassemble presque 20 ans d’écriture, de textes et poésies et il est préfacé par Alexander Gorkow, qui a reçu le prix du journaliste allemand en 2012 pour son reportage détaillé sur la tournée américaine de Rammstein dans le magazine de la Süddeutsche Zeitung.

Octobre 2021 en France. Le 1er livre de Lindemann est disponible sous le titre ” Nuits Silencieuses “. Il est évident que la traduction en français des textes est une excellente nouvelle pour les fans de Till, mais aussi pour les personnes qui ne comprennent simplement pas l’Allemand et qui sont curieux de connaitre un autre aspect du frontman du groupe Rammstein. Pour ma part, je reste quand même déçu par la mise en page et le choix graphique de la maison d’édition Iconopop. Nous nous retrouvons avec une couverture acidulé, jaune citron, un effet dégradé grillage digne de photoshop 3. Et pour finir l’utilisation de la photo de Till ( datant de 2009 ) disponible sur le rabat de la couverture de la version originale. Certes il y a du noir, gris et blanc pour évoquer le rock. Mais choix de la typo pour le titre, est digne des romans à l’eau de rose de chez Arlequin. Pourquoi avoir retiré l’illustration d’origine ? Elle est complémentaire de l’œuvre et fait figure de préface aux textes que nous allons découvrir. Une sorte de confrontation / rencontre entre deux entités, deux être vivants,  un homme taureau et une femme poisson. Et ne parlons même pas de la pagination des illustrations à l’intérieur, c’est n’importe quoi. Aucun respect pour les illustrations, trop de liberté d’adaptation, qui au final n’apportent rien. Si les éditions Iconopop souhaitait faire un hommage sous forme de clin d’œil “pop” aux livres de poésies des éditions Points / Poésie ? C’est moyen ! Les poésies de Till sont remplis de sexe, de tristesse, de vin, d’amertume, de visage et d’amour. C’est bien le contraire de l’eau de rose, c’est de l’eau de vie.

La sobriété de la version originale mets en valeur les textes et les superbes illustrations de Matthias Matthies. Photographe et illustrateur aussi d’origine Allemande. Il accompagne le groupe Rammstein dans leurs tournées depuis plusieurs années. J’ai d’ailleurs découvert son travail graphique à travers les illustrations pour le groupe Depressive Age et l’album Symbols For The Blue Times ( Drakkar/ Gun 1994 ). Il est important de noter que Depressive Age est un autre groupe issue de la scène underground de Berlin-Est, hélas trop peu connue en France. Groupe maintenant culte, avec 4 albums et 1 EP qui n’ont pas vieillit et qui résonnent encore dans les amplis. Pour preuve découvrez cette reprise de Small Town Boy !

In stillen Nächten – illustration de Matthias Matthies extrait du Vernissage avecTill Lindemann

Revenons au livre. Une version bilingue avec d’un côté les textes en Allemand et de l’autre en Français aurait été plus judicieux. Afin de mieux appréhender et de comprendre la subtilité des poésies de Till. Un vis à vis des textes aurait eu du sens.

Le principale étant les textes. Saluons la traduction de Emma Wolff, qui révèle les textes en Français concluant par une note pleine de générosité et d’admiration pour son auteur.

 

Spring – Illustration de Matthias Matthies
Saut – (Traduction Emma Wollf ) – Illustration Matthias Matthies

Mein herz brennt **

“La plupart de mes poèmes auraient pu être écrits quelques centaines d’années plus tôt.”

Till Lindemann

Les thématiques abordés sont récurrents dans l’œuvre de Lindemann. Elles sont à l’image du personnage : brut, entier et humain. Quand j’utilise le terme “Brut”, je ne fais absolument pas référence au caractère violent et soudain que pourrait dégager l’attitude de l’artiste. Mais c’est bien une référence à l’art Brut dans son processus de création. Est-ce que Lindemann est un artiste qui fait partie de l’histoire de l’Art  Allemand ? Oui, je crois sincèrement qu’ au même titre que Otto Dix, Caspar David Friedrich, Brecht et plus récemment Baselitz. Les textes et poésies de Till, s’inscrivent bien dans le prolongement des courants artistiques qui affirment encore une fois que toutes les formes d’art ” Made in Germany ” *** sont emprunts de mélancolie, d’amour et des sentiments sur l’Homme et son environnement. Concernant ce dernier exemple, on ne peut pas faire l’impasse sur l’influence de sa jeunesse en ex Allemagne de l’est sur son parcours artistique et ses œuvres. En effet le mouvement socialiste et son importance pour la médiation culturel dans les différentes institutions – son père intervenait dans les écoles pour la promotion de la poésie – est à prendre en considération. Till baigne dans l’art très tôt, comme dans le sport ( il a été un espoir sportif de la natation est-allemande ). On retrouve ainsi des allégories sur deux blocs, deux mondes en opposition. Essentiellement deux êtres, deux façons de vivre. Autant manières de voir les choses mais au final une communion est quand même possible. Tous ces éléments socioculturelles associés à ses expériences de vie, permettent de féconder les textes du poète.

Le parallèle avec les périodes du Romantisme et de l’Expressionnisme n’est donc plus à démontrer. L’ amour, la contemplation de la nature, de la société à travers la relation au corps humain et celui de l’autre sont prégnant. Figure de style et métaphores sont autant de miroir où se croisent Hommes et Femmes et le regard qu’ils se portent mutuellement et chose importante, depuis l’enfance. Dans ce recueil , pas de musique, les mots marquent le tempo et le rythme des émotions.

Le Voyageur contemplant une mer de nuages, Caspar David Friedrich – 1818. Huile sur toile, 74,8 × 94,8 cm

Rein, Raus ****

L’acte sexuel est un thème dominant du recueille. Lors d’une interview avec le magazine Metal Hammer, le journaliste Thorsten Zahn a commenté que “presque un poème sur deux dans son travail parle de sexe “, Lindemann a répondu :

“C’est vrai. Parfois même caché dans certaines allégories. Je pense que le sexe est beaucoup trop peu samplé, peint ou décrit. Le sexe fait partie intégrante de la vie, mais il est toujours traité de manière trop latente. Il nous rencontre à chaque pas, si vous ne vous cachez pas dans la forêt. Le sexe déclenche en permanence des stimuli qui circulent également dans les médias, à la télévision ou sur Internet. On ne peut pas marcher deux mètres, à peine ouvrir un site internet, sans se faire prendre immédiatement. »

Source : Interview Metal Hammer

 

Milch – Illustration de Matthias Matthies

Till lindemann est donc un artiste complet, multi-facette. Ses poésies comme ses textes de chanson ( oh que Mutter, Feuer und Wasser “, ” Ohne dichou Amour peuvent me faire tirer les larmes ) rejoignent à mes yeux des œuvres digne de Charles Bukowski, James Noël ou Robert Smith. 

Son père était donc écrivain pour la jeunesse. Till Lindemann est poète et écrivain qui garde le soin de rester cet enfant qui contemple le monde des adultes qui s’enfonce sur lui même. Il est sincère dans ces écrits, sans jugement sur l’Homme avec ses faiblesses et ses moments d’extases. La question se pose,  In Stillen Nächten  n’est-il pas simplement le reflet de nous mêmes ? On pourrait se reconnaitre dans un texte, une phrase ou bien un simple mot. Grâce à cette traduction, nous pouvons enfin y prêter attention.

Ekimr

Cet article est dédié à ma famille d’Allemagne, à mon frère ( UB- Bruder ) et à l’art brut.

Si beau

Pose ton visage

Sur une feuille de papier

C’est déjà un poème

et vivra

Till Lindemann

Liens  :

Matthias Matties :  https://matthiasmatthies.de/

Edition L’Iconopop  https://editions-iconoclaste.fr/livres/till-lindemann-nuits-silencieuses/

* Gesicht : Visage

** Mein Herz Brennt : Mon cœur brûle

*** Made In Germany : Titre de la compilation sortie en 2011 ( couvrant 1995 – 2011)

**** Rein, Raus : entrer, sortir

Illustration : Mike Rouault