Blog

KRISTINE LESCHPER “The Opening, Or Closing Of A Door” monde sensoriel

Kristine Leschper, ex chanteuse du groupe Mothers, dévoile son premier album “The Opening, Or Closing Of A Door”, un hymne au monde sensoriel.

C’est le premier album que Kristine Leschper sort sous son nom, après avoir abandonné le nom de Mothers pendant huit ans de concerts et de sorties musicales sous ce pseudonyme. Bien que les deux projets soient guidés par son approche intimiste en matière d’écriture de chansons, ils sembles pourtant sonner différemment. Alors que Mothers s’inspire des sons austères et squelettiques du post-punk et du folk contemporain, le nouveau travail de Kristine Leschper est plus baroque, intégrant un éventail de synthétiseurs, de cordes, de bois et plus d’une douzaine d’instruments à percussion.

L’univers est né du chaos, comme une personne peut aussi naître du chaos. Kristine Leschper n’est pas hyperbolique lorsqu’elle décrit la sensation d’être “née” lorsqu’un ensemble d’événements, à la fois personnels et mondiaux, ont catalysé en elle “une compréhension de la manière de renoncer au contrôle de manière importante, et à partir de là, un nouveau sens de la connectivité, de la transition et de l’impermanence”. Elle explique son désir de cultiver un travail dans l’esprit des poètes du Nouveau Monde, où, selon les mots de June Jordan, il existe “une révérence pour le monde matériel qui commence par une révérence pour la vie humaine, une confiance intellectuelle dans la sensualité comme moyen de connaissance et d’unité.”

“Les travaux antérieurs n’impliquaient pas l’enregistrement comme faisant partie du processus d’écriture, les enregistrements étaient simplement réalisés comme un document de quelque chose qui avait été écrit et répété. Depuis, j’ai découvert une affection profonde pour l’enregistrement à domicile et l’exploration sonore, découvrant que je m’épanouis dans ces trous de lapin de texture, de timbre, de rythme, qui peuvent ajouter tant de complexité à l’émotivité d’une composition.”

Le processus d’enregistrement à domicile a donné à Kristine Leschper la liberté de mettre en musique son éthique personnelle, sans la pression d’un public. Au fur et à mesure qu’elle travaillait sur The Opening, Or Closing Of A Door, la constellation d’idées qui avait guidé sa transformation personnelle a commencé à se rassembler en quelque chose de communicable par la musique. “Mon plaisir vit dans la poétique de la démocratie – dans les paroles libératrices de June Jordan, dans les performances humanitaires du Bread and Puppet Theatre. La marionnette, comme la poésie, est une distillation d’idées complexes en éléments essentiels. Avec ces chansons, je voulais explorer les thèmes de la nostalgie, de l’encouragement, de la connexion, ces choses qui sont à la fois simples et complexes, omniprésentes et vitales. C’est le fondement de nos vies personnelles qui s’étend largement à nos vies politiques. Je me suis demandé à quoi pourrait ressembler une chanson d’amour pour mes amis ? A quoi pourrait ressembler une chanson d’amour pour moi-même ?”

“Dernièrement, mon travail se centre sur l’exploration de la joie dans sa sauvagerie et sa complexité, les façons compliquées dont cette joie croise un monde imparfait”, explique-t-elle. “La circularité est devenue une partie importante de mon système de croyances, la lentille à travers laquelle je regarde le monde – observer les cycles m’aide à donner un sens à mon univers, à la fois interne et externe. La culture populaire aime nous raconter des histoires sur l’importance de la “croissance”, de la croissance personnelle, de la croissance économique, etc. C’est très linéaire. Au travail, comme dans la vie, je fais un effort conscient pour me centrer sur quelque chose d’antithétique à cela, car la croissance linéaire n’existe tout simplement pas dans la nature. Si vous faites un zoom arrière suffisant, tout est cyclique, tout est en phase de transition ! Il devient impossible d’ignorer le vaste réseau de systèmes que nous habitons, que nous sommes en relation les uns avec les autres à tout moment.”

 

Suivre KRISTINE LESCHPER :
Écouter :