Chroniques

FOLLOW ME NOT – HOW DEEP IS THE SOUND

Nouvel Album LP Vanishing Smile                       Sortie le 20/01/2020

En concert ce samedi 25 janvier 20h30 à Nantes au Ferrailleur, en première partie de Tchewsky & Wood, en attendant l’interview.

Follow Me Not, duo quimpérois de dark wave, dont je vous avais déjà présenté un live lors de mon arrivée dans le si musical Lust4live, nous présente leur nouveau LP Vanishing Smile.

De avril 2019 à St Péran à Nantes, ce samedi 25 janvier 2020 en première partie de Tchewsky and Wood au Ferrailleur, il y a 12 nouveaux titres et des heures de travail avec une première partie des Stranglers …de haute couture !!!!

A l’écoute de l’album

Seul face à ce nouveau LP tant attendu, je soulignerai mon sentiment d’une espèce de lente plongée profonde dans un univers aux mélodies multiples et brillantes.

Plus vous écoutez, plus vous entendez le son d’un groupe à part entière et non un duo qui envoie des inspirations sans originalité de groupes divers et variés.

Bien sûr, on ne crée de la musique que sur la base d’une inspiration mais à un moment donné, l’identité propre apparaît… Les basses en ballades de Mik sont remarquables et harmoniquement très intéressantes.

La voix de Nicolas, ses guitares, les rythmiques et bien sûr les synthés, vous plongent dans un univers bien à eux : une mélancolie teintée de modernité lumineuse.

C’est tout ce travail cumulé qui fait aujourd’hui de Vanishing Smile un album qui va faire un sacré beau chemin chez les disquaires et ailleurs nous l’espérons évidemment.

Les sons des claviers, basse et guitare s’unissent pour des titres qui ne laisseront pas indifférents (par exemple Walls), que  vous pourrez visionner plus bas.

Pour mieux comprendre ce nouvel opus, Nicolas et Mik ont accordé une interview à Lust4live.fr.

Sans plus tarder, le titre Walls en images et on y va !!

L’interview de Follow Me Not

L4L : Bonjour Follow me not, alors comment se dessine ce début 2020 ?

Nicolas : L’année commence évidemment bien avec la sortie de notre nouvel album Vanishing Smile. Pour la première fois on sort un album en deux formats (cd et vinyl), ce qui rajoute une certaine excitation. On est impatients de voir comment les gens qui nous suivent vont le recevoir. C’est toujours une inconnue, même si dans le cas présent les premiers retours sont plutôt rassurants.

L4L : Combien de temps avez-vous mis pour composer et écrire Vanishing Smile ?

Nicolas : Le processus d’écriture et l’enregistrement de l’album ont été plus longs que pour les précédents albums car on a continué à faire régulièrement des concerts, ce qui demande un minimum de préparation. Ce n’est parfois pas évident de travailler sur des nouveaux morceaux tout en préparant les lives, mais c’est un choix qu’on a fait car on aime bien les deux. Bref, certains morceaux sont composés depuis un moment déjà. En fait, on avait à peine sorti notre album précédent qu’on commençait déjà à écrire des nouveaux morceaux.

Mik : Il y a eu aussi beaucoup de réécoutes, chacun de son côté et à deux, pour savoir quels morceaux choisir, les passages à revoir; un plus long travail de production qui en valait largement la peine, je crois.

L4L : Quelles ont été vos inspirations ? Quels sont les thèmes qui ont retenu votre attention pour cet album ?

Nicolas : Pour les paroles, je ne suis pas fan des explications de texte. Chaque personne trouvera des éléments qui lui évoqueront des choses suivant son propre vécu. Disons que les thèmes habituels à Follow Me Not sont encore présents : la trahison, l’angoisse, l’amour… et que d’autres chansons ont été inspirées par des choses que j’ai vues ces dernières années : Vanishing Smile par le film It Follows de David Robert Mitchell, My Pulse par la série documentaire Making A Murderer.

L4L : Avez-vous des messages à faire passer à vos auditeurs ?

Nicolas : Les paroles du morceau We’re Dying (notre 45T sorti l’année dernière) se terminaient par “We’re Dying so wake up”. En terme de message, on peut pas aller beaucoup plus loin ! Blague à part, on évite de passer des messages directs aux auditeurs dans nos chansons car cela n’est pas trop ce qu’on apprécie dans la musique.

L4L : Comment composez-vous ? Avez-vous utilisé de nouvelles machines et/ou instruments ?

Nicolas : On compose chacun de notre côté. L’un de nous apporte une base (une mélodie de guitare pour moi, une ligne de basse pour Mik) et ensuite, l’autre apporte sa touche; on s’échange les idées dans une sorte de ping-pong. Côté matériel, on teste régulièrement de nouveaux synthés en programmation, et en bons fans de shoegaze, on renouvelle (ou complète) parfois un peu notre pedal-board !

L4L : On ressent plus d’aplomb et d’assurance dans vos titres et vos compositions… Les personnes qui vous suivent vous l’ont-ils fait remarquer ?

Nicolas : On joue certains morceaux du nouvel album en live depuis un moment déjà, ce qui nous a permis de bien les maîtriser au moment de les enregistrer. Ça doit sûrement s’entendre sur le disque. On a surtout des retours de personnes qui nous suivent depuis nos premiers concerts et qui constatent effectivement une plus grande assurance lors de nos prestations.

Mik : Des répètes régulières ensemble ou chacun chez soi, quelques concerts… Ça rode son bonhomme (sic) et à force, on sait ce que l’un peut amener à l’autre.

L4L : En parlant de concert, vous avez assuré la première partie des Stranglers à Cap Caval à Penmarc’h le 23 novembre 2019… Racontez-nous en quelques mots… 

Nicolas : En quelques mots, ça va rester un grand moment dans l’histoire du groupe. C’était la salle la plus importante dans laquelle on a jamais joué (1000 places sold-out). Le public nous a très bien accueillis (y compris le public anglais qui avait fait le déplacement pour les Stranglers). Comme on ne voulait pas faire les groupies, on n’est pas allé embêter les Stranglers dans leur espace backstage, mais les quelques mots qu’on a échangés avec eux en fin de soirée ont été très conviviaux. Bref, une super soirée.

Mik : Oui un très grand moment et l’accueil sur place était aussi vraiment extra.

L4L : L’image prend plus de place dans votre communication; à qui avez-vous fait appel ?

Mik : Depuis mon arrivée dans le groupe, c’est Gweza qui se charge du visuel (pochette, photos, vidéos, …). C’est d’autant plus facile que, sous ce pseudo, se cache mon double graphiste. Plaisanterie mis à part, en plus de la musique, j’ai une passion pour les arts graphiques et la photo de concerts. Il m’arrive parfois de travailler pour d’autres groupes. Pour ce nouvel album, j’ai utilisé une photo de mon vieux pote Steven Le Men, artiste sculpteur de guitare et graphiste. Je l’ai réarrangée pour coller à l’ambiance de l’album… ou comment on peut perdre le sourire face à un obstacle avec tout de même l’espoir de le franchir, représenté sur le même plan par l’autre personnage en dos de pochette.

L4L : La même équipe ? la production… Des changements ?

Nicolas : Pas de changements pour cet album. On a retravaillé avec Sébastien Faits-Divers (qui fait aussi des captations vidéos – faut aller voir son YouTube !) pour le mix et le mastering car on était très satisfaits de son boulot sur l’album précédent et sur le 45T qui avait suivi. On a aussi de nouveau travaillé avec Pedro Penas Robles, qui nous a proposé de sortir notre album en format CD chez Unknown Pleasures Records. On est ravis car Pedro a un caractère bien trempé et dit les choses sans détours. Alors quand il nous dit qu’il aime bien l’un de nos morceaux, on sait qu’il le pense ! (rires).

L4L : Comment vivez-vous cette accélération de carrière ?

Nicolas : On n’a pas l’impression d’accélération ni de faire une carrière d’ailleurs ! On ne se met pas de pression inutile car le but premier reste pour nous de se faire plaisir. Follow Me Not restera un loisir pour nous, ce qui ne nous empêche pas d’essayer de faire les choses du mieux possible.

L4L : Si vous deviez vous démarquer de vos congénères de la Cold Wave, en tout bien tout honneur évidemment, quelle définition et quels adjectifs donneriez-vous à Follow Me Not aujourd’hui en janvier 2020 à la sortie de Vanishing Smile ?

Nicolas : Je pense que la petite différence avec certains groupes contemporains de la sphère post-punk, c’est peut-être le côté lumineux/pop qui apparaît dans certaines de nos compositions.

L4L : Vanishing Smile a été pressé à 100 exemplaires; peut-on imaginer une autre édition pour ceux qui manqueraient celle-ci ?

Nicolas : Ce qui est sûr, c’est que cette première édition vinyle sera unique car elle est numérotée à la main et on ne le refera pas une deuxième fois ! Mais il y a aussi l’édition CD.

L4L : Depuis vos débuts, nous suivons votre chemin musical, que pouvons-nous vous souhaiter pour la suite ?

Mik : Lust4Live existe depuis 2019, donc c’est plutôt depuis vos débuts que vous nous suivez ! Et pour certains d’entre vous (coucou Claude !), depuis notre passage au Supersonic (NDLR : le 3 juin 2018) . Mais peu importe, nous sommes touchés par votre soutien et votre partage. Quel groupe ne rêverait pas d’être soutenu de la sorte ? Merci à tous ! Pour la suite ? Eh bien que l’on continue à avoir et partager autant de plaisir avec les passionnés de musique que nous sommes !

Merci Nico et Mik pour ce temps accordé aux lecteurs de Lust4live.fr ! On se retrouve le samedi 25 janvier au Ferrailleur à Nantes à 21h en première partie de Tchewsky & Wood, un autre groupe que nous apprécions aussi tout particulièrement !!

Contact et infos  : https://www.facebook.com/followmenotband/

Ecouter de la musique : https://followmenot.bandcamp.com/

#Lust4live #Followmenot #Leferrailleur#tchewskyandwood

Guillaume d’Arsène