Chroniques

Animal Triste & Vapoline

Retour du rock pur et doux comme le pelage d’un félin apprivoisé. Mais sans crier gare, au détour d’une garde baissée, il vous choppe et vous emporte dans sa tanière… Voilà pour la métaphore…
Progressif comme on dit, percussif comme on aime, loin du revival rock et des détournements de copistes, Animal Triste est l’écho d’une évolution spontanée d’un son aux pattes de velours qui sait garder l’instinctif en ligne de mire.
Les six musiciens qui remettent au vole leur hargne adolescente, toujours dans le rouge. Avec en tête, l’expérience d’avoir profité de l’influence d’un rock à cheval sur deux siècles.
Parmi ces bêtes à poils gris, des membres aguerris ou avertis selon les expériences, rompus à l’exercice. Pas si simple de devoir remettre cent fois l’ouvrage en question.
Le grand défi est de conserver son idéalisme après avoir perdu son innocence” affirmait Le Boss, Bruce Springsteen himself, qui figure, et il pourrait en être fier, dans la tracklist, avec la reprise bluffante de l’iconique “Dancing In The Dark“.

Vapoline“, le dernier clip en date, annonciateur de la sortie prochaine du premier album, est un morceau plus pop et aérien dans les arrangements, nappé de claviers, de guitares rugissantes et de sonorités électriques, évocateur des goûts et des couleurs que cette nouvelle tribu sauvage souhaite traverser.

Mes deux coups de cœur pour autant iront à “Darkette” et “Out Of Luck“, ouvrant et fermant respectivement cet opus 2020. Pourquoi ? Parce que tout y est largement chargé d’émotions, jusque dans les effets rythmiques. Même si l’aspect vocal surpuissant, bien sûr, contribue d’autant plus à la magie, l’un des éléments le plus marquants du groupe reste la vibration commune que ces compositions provoquent. A grands coups de riffs saturés, de caisse claire acharnée, de basses enragées et de chants incarnés et résonnants, à la manière d’un frisson fiévreux. Comme des acouphènes stomacaux qui tourbillonnent jusque dans vos entrailles et vous mettent la goutte au front.

L’ensemble des huit titres, sans cesse harmonisés par un groupe, soudés comme un seul Animal, forment un maelström monopolisant l’attention par des compositions parfaites, sans à-coup, dans un accroissement ininterrompu de rêveries acoustiques anthropomorphiques…

Indéniablement, cette “équipée sauvage” a toutes les cartes en main pour sortir quelque chose de grand à l’avenir.

Tracklist :
1. Darkette
2. Shake Shake Shake
3. Dancing In The Dark [Bruce Springsteen Cover]
4. Wild At Heart
5. Sky Is Something New
6. Amor Bay
7. Vapoline
8. Out Of Luck

En concert à la Maroquinerie (Paris) le 25/11/2021 ici

Lire ou relire notre interview avec Animal Triste, le lien est par ici > https://lust4live.fr/lanimal-triste-aimant

Suivre Animal Triste :
https://www.facebook.com/animaltriste
 https://www.instagram.com/animaltristemusic/
 https://www.youtube.com/channel/UC9UxE40IjNh_ZMSsAbrPhTQ