Chroniques

Altin Gün “Yol” Vertigineuse ascension émotionnelle

Altin Gün est formé par d’anciens membres du groupe de Jacco Gardner, dans l’idée de rendre hommage au psychédélisme turc des années 60/70 dont ils sont tombés amoureux lors d’une tournée en Turquie.
Sur leur troisième album, YOL, Altin Gün  a encore perfectionné leur vision moderne d’un genre qui ne cesse de nous faire bouger.
Je garde en mémoire la prestation enivrante lors de la Route du Rock 2019.

Le groupe originaire d’Amsterdam a donné aux chansons folkloriques turques une mise en lumière brillante qui combinait des rythmes bondissants avec des lignes de saz électrisantes, des voix enjôleuses et une sensation de chaleur psychédélique qui est à la fois réconfortante et innovante.

Cette fois le groupe a fortement modifié son approche sur ce nouvel opus 2021 “Yol” en amplifiant encore leurs sonorités. Principalement a cause de la pandémie mondiale, ils n’ont pas pu travailler ensemble en studio et ont dû plutôt partager leurs idées à distance. Au fur et à mesure des démos, de plus en plus de synthés et de boîtes à rythmes ont été utilisés. Augmentant ainsi la sensation d’évolution, quitte à perdre un peu des joyeuses explosions sonores multicolores des albums précédents, pour passer à quelque chose de discret avec des influences plus marquées de pop scintillante.

Le groupe touche au but dans son clair obscur, passant aisément de l’apaisement à la tempête même si on devine que les explosions primeront sur le flirt d’un dancefloor des années 80…
Ordunun Dereleri” est un des points d’orgue de cet album, avec son refrain puissant, allègrement texturé, élégiaque et tranchant. Vertigineuse ascension que l’on peut entendre également dans “Kesik Çayir” et “Kara Toprak”. On retrouve malgré tout, pas mal de psychédéliques familiers, comme sur “Sevda Olmasaydi” ou “Hey Nari“, alternants coups de disco et résonances aiguës, mais en y alliant les inclinations electro-pop qu’on retrouvera à plusieurs reprises “Yekte“, “Arda Boyları” “Esmerim Güzelim” entrecoupé de gravités “Yüce Dag Basında“.

L’émotion première se caractérise par des accents groove ambitieux qui parsèment l’album. Intermède apaisé mais d’autant plus mélancolique, s’intercalant avec les merveilleuses voix de Merve Dasdemir et Erdinç Ecevit , entre fragilité et puissance.
Un retour qui fait plaisir a entendre par cette vigueur et où le plaisir grandit en constatant que “YOL” souffle toujours une atmosphère mystérieuse même avec de nouvelles palettes sonores..

Suivre ALTI GUN :
https://smarturl.it/AltinGun_Yol/