Chroniques

ALICE ET MOI, DUALITÉ

C’était pendant le festival Cabourg mon Amour, en Normandie. La chaleur nous envahissait et on était loin d’imaginer l’effervescence d’un été sans fin. Alice était assise sur le sable, casquette sur la tête, souriante.

C’est une jolie jeune fille de 25 ans qui répond à mes questions et comme nous sommes sur les terres de Marcel Proust, nous pourrions dire ‘’A L’ombre des jeunes filles en fleurs’’. Tout de suite, il y a quelque chose de léger, d’évanescent, de friable qui apparaît à son contact dûe moins au premier abord car au fil de l’entretien, je découvrirais une fleur aux senteurs plus complexes, robuste et extrêmement déterminée.
J’avais découvert la chanson ‘’C’est toi qu’elle préfère’’ sur Youtube et j’avais été saisi par le choix de sa réalisation du clip : esthétique glamour mais froid, dualité et final glaçant.

Longtemps, Alice s’est réfrénée, ne s’autorisant pas cette possibilité, c’est-à-dire vivre pour la musique, après des études littéraires puis de journalisme jusqu’à l’obtention du diplôme, qui s’avèreront être un acte final dans cette première partie de sa vie. Sur la crête donc, un pied dans le vide, le corps lesté de ce désir fou : ‘’Il fallait s’élancer quand j’ai fini mes études, je n’avais plus d’excuse, je ne pouvais pas avoir un job normal, je mettais mon réveil le matin pour que cette journée soit en faveur de la musique, j’ai bossé et continue à bosser comme une folle’’.

Pour ce saut dans le vide, il faut rudement avoir confiance en soi. Ce qui a priori, avec une adolescence un peu renfermée, n’était pas gagnée. ‘’J’avais un désir de communiquer, je faisais des petites vidéos, je me filmais et à côté de ça, je faisais de la musique pour accompagner les vidéos ; je me suis mise à utiliser des logiciels. Et n’ayant aucune connaissance musicale, pas de conservatoire, pas d’heure de tortures pour apprendre le solfège, il lui a fallu dompter celle en elle qui n’osait pas ce truc qu’il y avait en moi, comme deux filles qui bataillaient : une fille qui n’avait pas confiance en elle, hyper sensible, à fleur de peau et l’autre partie de moi qui avait plus la rage et osait aller sur scène et faire plus de choses’’.  

Autodidacte donc. Comme un certain Etienne Daho, comme Malik Djoudi. Aller ailleurs donc, essayer autre chose, provoquer des accidents qui deviendront des réussites mais aussi pour cela, bien s’entourer. ‘’J’ai commencé avec des petits airs de guitare. Dans le métro, je prends mon iPhone et j’enregistre des mélodies ; c’est Ivan Sjoberg qui m’accompagne, il fait pas mal de musique pour des pubs, il est très fort en composition musicale. Je lui envoie l’esprit d’une mélodie, des bouts de paroles, et lui va me renvoyer des propositions. Il m’aide vraiment à affiner les sons que j’ai dans ma tête. Ensuite, je vais voir le réalisateur et c’est lui qui rajoute la touche finale’’.

Elle ne s’interdit rien et est aussi très présente pour la réalisation de ses clips. Pour le titre ‘’Cent fois’’, c’est elle qui l’a réalisé.

Pour ‘’Il y a’’ (qu’elle a co-réalisé) elle est plantée dans un passage, des gens la bousculent, un certain malaise traverse l’écran, on se sent oppressé et on pourrait penser à certaines scènes de ‘’Code inconnu’’ de Michael Haneke.

Très souvent les mots arrivent avant la mélodie. ‘’Pour ‘’Filme moi’’, j’ai repensé très fort à l’adolescence, ne pas oublier cette émotion dans les yeux de celui qu’on aime, et puis tout ce qui me tourmentait à l’époque : comment font les gens pour jouer le jeu de la vie, car c’est hyper court et éphémère, on ne comprend pas trop le sens… ‘’

C’est un univers mélancolique qu’elle a construit ; ‘’mais ce n’est pas pessimisteje rajoute toujours une pointe de trucs positifs dans les intrus, c’est entraînant, beau, poétique et pas plombant, je veux que les gens dansent dessus en écoutant des paroles touchantes’’.

Pour le dernier single en date ‘’Je veux sortir avec un rappeur’’‘’je voulais un son et des paroles plus provocantes, plus ‘’rentre dedans’’. Mes frères ont 15-18 ans et écoutent du rap, c’était une façon de communiquer avec eux. Je me marre et je ne me prends pas au sérieux, c’est une chanson pour l’été’’.

Et puis il y a une particularité dans l’univers d’Alice et moi : un œil, tout un symbole. ‘’À 14-15 ans, je me le dessinais sur la main et je le regardais dans le miroir. Maintenant, il est à l’intérieur dans la paume de ma main. Une puissance solaire comme un ralliement à la plénitude et à la joie’’.

5 titres sur le EP ‘’Filme-moi’’, comme une promesse. J’ai hâte de découvrir vers quels chemins de traverse va évoluer Alice et moi. Touchante, émouvante et sans plan ni boussole, elle avance au gré du vent, vit pleinement le moment présent et fustige l’avenir dans un grand rire.

Szamanka.