Blog

ALAIN CIMINO – MINO SENSIBLE

On part aujourd’hui en Normandie, plus précisément en Basse Normandie, comme on disait avant la réunification. Et puis pouvoir se dire ou chanter : « J’irai revoir ma Normandie » en ces temps de confinement, à l’heure des voyages immobiles, un grand bol d’air ça fait du bien.

Mais juste avant, un petit détour par la Sicile puisque le grand-père d’Alain Cimino est originaire de là. Très bon musicien, il jouait de la clarinette dans une philharmonie et aussi de la mandoline…

Revenons en Franceà Caen… Les parents d’Alain Cimino écoutaient beaucoup de musique. Ses premiers cadeaux ont été les électrophones. 

Mais l’héritage musical vient surtout de son grand-père, qui l’a encouragé. Ils ont toujours joué ensemble, il l’accompagnait : « ça a été très formateur. »

Puis vient la mutation du père au Havre, alors communiste, où il faut bien admettre qu’il y avait un accès à la culture extrêmement important. Très jeune il découvre l’apprentissage de la batterie. 

Son grand frère Jean-Marc achète alors une guitare acoustique avec la méthode, mais il se décourage… Lui, Alain sera en faire bon usage avant de bosser, plus tard, tout un été pour acheter sa première guitare électrique…Jean-Marc lui fait écouter Led Zeppelin. La musique devient alors une une vraie passion.
Retour à Caen, avec l’envie d’écrire des mélodies, des textes… 

Son premier groupe en terminale se nomme Triangle, avec parfois des répétitions à Pont d’Ouilly dans la maison d’une copine.

Mais c’est avec la naissance de son nouveau groupe Transfuge, que les choses sérieuses vont commencer. Surtout avec la réalisation d’un 45 tours (un petit objet, tout rond, tout noir avec un petit trou au milieu). Deux titres : Face A Le lotus bleu inspiré de la bd de tintin, Face B Je pars ; Il l’a jouait encore récemment avant d’entrer sur scène, c’est sa chanson fétiche.

Le 45 tours est toujours exposé chez lui, comme une sainte relique  « ça avait coûté une fortune, on était monté à Paris pour le réaliser… Maintenant c’est dingue, ca coûte presque plus rien puisque, chez moi, j’ai mon home studio. » 

On est au début des années 80 les radios libres viennent de naître (9 novembre 1981 : la loi accorde enfin aux radios pirates le droit d’émettre sur la fréquence FM et donc fin du monopole de l’État. Une vingtaine de radio à Caen verront le jour.)C’est une révolution,pas de formatage, pas de nécessité économique, pas de placement de produit, juste le désir intense de vouloir faire partager ses coups de cœur. Et un certain Pierre Coletti, très actif sur la Radio libre Caen FM, tombe raide dingue du disque de Transfuge et passe le single Le lotus bleu, le passe et le repasse.  Tant et si bien qu’il leur propose de jouer à la salle des Congrès, une très grande salle, et surprise, c’est plein !Cette période s’étend de 1980 à 1984. Mais il y a la réalité, c’est à dire avoir un métier,une vie de famille… « Un jour CBS (qui est un label français, filiale du label américain Columbia Records…) nous  convoque à Rennes. On faisait du rock-variété, mais de qualité avec une âme, assez proche de ce qu’ont fait après Les innocents, on a tous hésité… »

Puis le groupe se sépare. Alain Ciminoa toujours été un auteur compositeur. Texte et musique. Il écrit beaucoup de chansons. C’est alors l’arrivée sur le sol français des synthés, des boîtes à rythme, une mini-révolution.

Naissance d’un nouveau groupe : La belle payse– la belle paysanne…

Il habite désormais sur  Bayeux, tourne tout autour de Caen mais aussi dans la Manche. « Une vague celtique, à la Mano, bien avant l’heure. On était entre Malicorne et Tryan, très fusion, et ça fonctionne très bien. On est devenu le groupe emblématique de Bayeux, et le maire nous a proposé de jouer pour le 14 juillet ! Gros concert devant 3000 – 4000 personnes. »

Le temps passe vite, et lui revient en mémoire Daniel Balavoine, vu en concert à Caen « C’était une claque, un choc, un souvenir immense et intense. »

En raison du succès du concert, le maire de Bayeux, enthousiaste lui demande de créer un lieu d’apprentissage, de création, de répétitions, d’enregistrement pour les musiques modernes, dans un blockhaus. Il fonde alors Musikoblokos. C’est une réussite et une adhésion immédiate de la population. 

En 2005 à la suite d’un concert, un artiste vient lui demander de l’accompagner : « J’ai une proposition malhonnête à te faire… »Il écoute ce qu’il fait et tombe sous le charme de Nérac« Je découvrela qualité de ses chansons, la puissance de son écriture. Sa personnalité assez Vcomplexe, mais il est aussi un garçon adorable. Je lui apportais mon savoir faire, il n’y avait pas de problème d’égo entre nous.  Je m’éclatais autant à faire des chœurs, à jouer pour lui qu’avec mon groupe. J’allais avoir d’autres casquettes à son contact comme producteur, arrangeur, que j’avais déjà un peu esquissées au Blockhausde Bayeux, pour des groupes locaux. »

Nérac n’avait pas dit alors qu’il était engagé pour participer un concours organisé par la radio France bleu pour mettre en valeur des talents. Ils vont gagner la demi-finale puis la finale à Paris. Ils partent pendant un an sur les routes et jouent sur des scènes incroyables. Devant 10000 personnes aux arènes de Nîmes, à Avignon, à la foire de Lille, pour l’inauguration du Tgv à Nancy… Ils partagent la scène avec Emmanuel MoireCalogeroDavid Hallyday, MauraneMichel Fugain, Patxi

« Rencontrer Nérac, était une chance. Tout d’abord pouvoir travailler à ses côtés. Je place ses albums, au même niveau que Cabrel et Goldman. Du coup c’était assez flatteur de jouer avec lui. »

Néracdit de lui : « C’était un merveilleux compagnon de voyage. Pour une aussi longue tourné, il me fallait un très bon musicien mais surtout quelqu’un qui avait un certain sens de l’humour et un enthousiasme à toute épreuve…Il était et demeure la bonne personne pour m’accompagner dans mes projets. »

Cette période de la vie de Alain Ciminoest dingue. Il doit mélanger sa vie professionnelle et familiale, être aussi présent au Blockhaus, assurer la tournée avec Nérac…Il lui arrive souvent de prendre un train de Paris, très tôt le matin et d’arriver tout juste à l’heure au travail…

« Je pensais qu’il allait être signé par une grande maison de disque, il composait alors son album éponyme : Le danger. Mais ça ne c’est pas passé comme ça… » L’industrie musicale est en crise et ce n’est pas le bon moment de signer des artistes, alors qu’on rend des contrats à des chanteurs confirmés comme Alain Chamfort.

Il arrête alors La belle Payse. Prend du temps pour retrouver l’envie. Mais un week-end, alors qu’il déguste une crêpe, il voit une affiche qui annonce le festival « Etonnants voyageurs »à Saint Malo, créé par l’écrivain voyageur Michel Le Bris. Son imaginaire lié à cette terrible passion pour la musique s’invitent alors à nouveau dans sa tête. Les jours qui passent feront le reste. Son nouveau projetMino et les étonnants voyageurs voit le jour en 2008. Un album live et trois albums studio, et puis une dernière date à La Halle aux grainsà Bayeux, dans une salle comble.

Début 2019 l’aventure Minocontinue. Nouvelle formule, nouveau groupe. Mino Etnik colors  avec l’album Caravanserai. Musique celtique, plus traditionnelle, plus acoustique, avec la présence d’une harpe, la fusion de différents styles.  « J’avais écrit 3 ou 4 morceaux que j’ai testé lors d’un concert caritatif pour Les bébés du cœur, et je sens l’accueil du public vraiment enthousiaste, ça me donne du courage pour continuer et je fais l’album en septembre 2019. Je rajoute  un accordéon, un violon, le résultat est étonnant et détonnant. Le patron du Zéntih de Caen nous demande d’assurer une soirée privée… Nous étions partis pour une longue tournée…mais ce fichu virus en a décidé autrement. Heureusement nos dates sont reportées… »

Après toute ces années je lui demande si le plaisir est toujours là « écoute quand je laisse mes oreilles entendre ce qui sort de la radio, j’ai l’impression de défendre une certaine beauté de la chanson, qui est en train de disparaître. On joue de la vraie musique, avec des instruments, avec des musiciens, il y a de la qualité et de gros moyens mis en œuvre, et nous partageons chaque concert comme un cadeau, c’est un partage… et quel bonheur. »

« Le thème principal de mes chansons, c’est David contre Goliath.Comme le morceau « La vérité pour Seznec » Commenton résiste, pour ne pas être broyé par le système ? Etre au plus près des gens,  les accompagner, être ensemble. »

L’ombre de son grand-père n’est jamais loin, des valeurs universelles, d’humanité et de fraternité qu’il lui a transmises et qui résonnent à travers sa musique. Une certaine idée de l’être humain… Mino définitivement sensible…

SZAMANKA
(Merci à Marie Frétillière pour la relecture)

Suivre Mino Etnik Colors : https://www.facebook.com/Mino-Etnik-Colors-2376011449391143/