Chroniques

Vincent Bricks et son Ep « The Perfect Sadness » …les Vagues en âme de fond

Il est des moments de musique que l’on ne prévoit pas. Ceux qui vous font fondre en écoutant un groupe et qui vous fait écrire votre première chronique en radio. Ils ressurgissent à une charnière temporelle où vous allez prendre d’autres directions. Ces notes et ces mots qui vous ont happé 10 ans plus tôt, recroisent votre chemin, un soir sans prévenir.

Eh bien voici que cela me permet aujourd’hui de vous parler de Vincent Bricks, qui auteur, compositeur et interprète au sein du groupe LaLaPower en 2010, s’est fondu dans ma nouvelle vie de 3 ans à Rennes. Des retrouvailles au hasard des mots et anecdotes, dans une bien nommée Guinguette un soir d’été 2022…

Voilà donc l’Ep de Vincent Bricks « The Perfect Sadness », qui sera mon dernier chapitre d’amoureux-chroniqueur de musique. Ces 5 titres écoutés, m’ont encore envoyé ces ondes que je vais vous partager maintenant.

Le chemin…

Vincent Bricks, singer-songwriter mêle sans distinction existence et projet artistique avec passion. Et cela dès ses débuts comme frontman de combos basés dans le sud de la France avant de s’installer à Paris et d’y assumer une envie  d’émancipation sous son propre nom.

L’objectif affirmé est de toujours écrire une  chanson pop plus belle que  la précédente.

Une voix aérienne, des envolées psychés rappelant les plus belles heures de groupes comme R.E.M ou Tame Impala, il enregistre d’ailleurs ses premières demos avec Ken Stringfellow (R.E.M, Big Star, The Posies….).

Suite à sa participation à une compilation hommage après l’attentat du Bataclan et l’enregistrement d’un cover d’Eagles of Death Metal dans un studio du sud de l’Angleterre, Vincent Bricks  y retournera pour enregistrer son premier EP « The Perfect Sadness ».

 Réalisé près de Brighton, des musiciens issus de groupes notables de la scène britannique ((The Kooks, The Magic Numbers, The Magic gang) collaborent à cet effort, le plaçant de fait dans l’héritage  du son pop psyché “made in England”.

La sortie de l’EP est accueillie avec enthousiasme par la presse ainsi que par les médias, ce qui lui permet d’être diffusé sur de nombreuses radios indés françaises, mais aussi européennes et américaines. France Culture et FIP lui accordent également une place de choix dans leur programmation.

S’ensuivent plusieurs concerts où il a l’occasion d’ouvrir pour des têtes d’affiche comme « The Stranglers » à Bordeaux devant un Krakatoa en fusion.

Il a également été sélectionné pour les Bars en Trans où il a eu l’honneur de clôturer la session 2021 à l’Usine de Rennes.

Les ombres ne sont rien sans la lumière… l’Ep « The Perfect Sadness »

« Stockholm » : C’est une résonnance nocturne où la voix de Vincent vous prend par la main pour un vagabondage pop délicieux. Un délicat romantisme en escapade sudiste !

 Director/Editor : Quentin Dusser Starring : Vincent Bricks, Lily Estrada

« Yawnsville » : Bords de mer et cordes rythmiques se fondent pour mieux faire renaître un homme. Seul face aux éléments, le regard se perd au cœur de nos souvenirs. Un refrain planant vous emmène à travers les nuages. Perdu dans un bleu d’âme rêveuse, qui cherche l’autre qui saura l’entendre et la faire résonner plus fort encore. Alchimie et fusion.

Directed by Nicolas Blusson (Digital Creative Filmmakers) Starring : Lara Berst

« The Idle Guilt »: Toujours en quête de sens, une vie se pave de questionnements. Dans ce titre une sonorité de cordes sixties n’est pas sans rappeler les BO de John Barry. Soul about an English man in french song…

Director : Benjamin Sebbagh Starring : Lola Bourdin & Edgar Fichet Written by Vincent Bricks, Performed by Vincent Bricks, Christoph Skirl, Alexis Nuñez Recorded at Echo Zoo Studios by Christoph Skirl Mastered at DK Mastering by Thomas Gonet.

« The New Pulp » : Un air de new-wave nous apporte un vent nouveau, un air qui semble bien familier. Nous avons bien là la même vibration, comme avec un petit morceau du LaLaPower band qui me berce doucement. Le bel équilibre de la voix de Vincent et les guitares sont de biens agréables compagnes.

« Parallel Universe »…Un walking-bass pour fermer cet Ep « The Perfect Sadness »  ça ne se refuse pas. Toujours ce questionnement sur l’amour et l’interaction des êtres qui vont devenir des petits moments simples et sincères, en souvenirs immémoriaux.

Pour écouter l’album c’est juste là dessous posé…

https://linktr.ee/vincent.bricks

A venir…, à partager…

Vincent Bricks et ses comparses, après quelques concerts en clubs parisien, en 2022 (Supersonic, Olympic café, Dame de Canton), iront enchanter le sud de la France, de ces nouveaux titres, en août pour ensuite, à la rentrée, réaliser une date au Café de la Danse, de retour à Paris en septembre prochain.

 

Cet Ep « The Perfect Sadness », se partage, au cœur d’un été ou au creux d’un automne qu’importe, la magie de la musique se répand en belles ondes à qui sait écouter.

Guillaume d’Arsène

Pour suivre Vincent Bricks

https://www.facebook.com/VincentBricks.songwriter

https://www.youtube.com/channel/UCll7pF3M37qxtZm6jIRZlWA

https://www.instagram.com/vincentbricks/?hl=fr