ACCUEILChroniquesNews

PALE BLUE EYES “TV Flicker”

Après les deux premiers singles “Motionless” et “Chelsea” (2020), les trois Anglais de Pale Blue Eyes dévoile son nouveau titre “TV Flicker” sur le label Full Time Hobby .


Ce nouveau single commence par un carrousel de fête foraine sinistre, à la Joe Meek-esque où la pop gothique hantée de Pale Blue Eyes évoque à la fois des campagnes étoilées et des futurs mécanisés, où l’électronique pétille dans les sous-bois et les câbles patch tango avec les vrilles de lierre . C’est un titre à la fois intense et sinistre, produit par Meek, est ancré dans la mortalité humaine et ses conséquences émotionnelles.

L’accroche insistante du synthé et ces notes de guitare post punk tirant discrètement les cordes avec une tension indéfinie. Trois minutes à bout de souffle s’écoulent un peu comme les aperçus que l’on aperçoit depuis la fenêtre d’un train à grande vitesse, des arbres, des bâtiments et un ciel flous et indistincts, se précipitant devant eux. Tout semble se dérouler comme prévu, la promesse de se réaliser chanson par chanson, étape par étape.

Ce nouveau titre est accompagné d’un clip, réalisée par le bassiste de du groupe, Aubrey Simpson, avec Dylan Friese-Greene.



La batteuse Lucy Board explique : “Elle est pleine de traces fantomatiques – des sentiments et des souvenirs d’un deuil familial soudain, un instantané d’un état d’esprit angoissé et l’impossibilité d’éteindre ses pensées, en regardant la télévision dans le vide”.

Le chanteur/guitariste Matt Board, quant à lui, révèle le côté sombre et émotionnel du morceau : “Au moment de la mort de mon père, je m’endormais parfois devant la télévision qui clignotait. C’était apaisant de se laisser aller au son ou au dialogue de fond, et cela m’aidait à dormir. La musique et les paroles de TV Flicker évoquent peut-être aussi des images ambiguës du décor de la guerre froide des années 1970 – des cachettes post-apocalyptiques, une trappe menant à un bunker nucléaire perdu.”



Pale Blue Eyes achevait l’année dernière la construction de son propre studio d’enregistrement rural – Penquit Mill, situé au milieu de la verdure au sud de Dartmoor. Des buses planait au-dessus de leur tête pendant que le groupe enregistrait son premier album qui sortira l’année prochaine, mixé par le grand Dean Honer (The Moonlandingz, Róisín Murphy, I Monster, Human League, International Teachers of Pop).

Crédit photo : Kal Lawrence