Chroniques

Black Country, New Road “Ants From Up There” c’est du sérieux !?

Black Country, New Road “Ants From Up There” qui vient de pointer son nez, s’annonce déjà peut-être comme le dernier opus de la formation d’origine. En cause le départ soudain de la voix du groupe Isaac Wood. Alors y’a t’il encore un pilote dans l’avion ?

Dans cet album nous retrouvons l’ensemble de sept musiciens faisant subtilement leur post-punk, expérimental et intelligent d’une façon qui suggère qu’ils commencent peut-être à se prendre plus au sérieux. Le groupe qui a fait grand bruit partout, sur la surface du globe, avec leur nouvel opus qui n’en est pas moins tentaculaire et succulent à l’image que leur premier album, “For The First Time”. Mais sans doute sont-ils moins soucieux d’expérimenter un camp en friche que de labourer un sillon déjà user par d’autres (Pond, Squid, Black Midi, … ). En cela serait-il possible de dissocier la saveur (improvisé) qui ressemble plus à un jazz-rock qu’a un post-punk tangible… Question d’étiquette me direz-vous? Je répondrais question d’intention.  
Même si je laisse volontiers leurs dix chansons dérouler d’eux-mêmes lentement, la fureur dévastatrice du premier volume me semble avoir perdu en spontanéité. En contrepartie l’orchestration y gagne en cohérence sur la durée. 
L’aspect mélodramatique déchirant, devient ici plus mélodique et audible, surtout par la voix parfois tremblante d’Isaac Wood qui maintenant chante principalement, plutôt que d’utiliser un spoken word porteur d’humeur.

 

Après le rituel morceau d’intro instrumentale, le premier single “Chaos Space Marine“, avec une voix qui ressemble à s’y méprendre à un Bowie (période Space Oddity), et qui concentre beaucoup puissance en trois minutes trente. Il semblerait que les musiciens s’amusent aussi plus qu’avant, il suffit d’écouter les tremblements de saxo, de guitares et de piano qui se répondent avec intelligences. Puis “Bread Song” déroule le bourdonnement d’une ballade plus épineuse sur un vibrato de violon et piano minimaliste ancré dans un tourment de sentiments. “Mark’s Theme” est quant à lui un morceau presque entièrement instrumental, en hommage à l’oncle du saxophoniste Lewis Evans, décédé de la covid-19.

Mais à côté de cela il y a aussi beaucoup de moments de tendresses sombres et de désirs déchirants, emballées dans un sac plastique hermétique, “Snow Globes“, “Basketball Shoes” et “Haldern” en sont des exemples paralysants, où fragilité et cœur battant manche conjointement…

“Ants From Up There” est une forme nouvelle et évoluée d’une facette pas encore complètement en accord avec les 7 têtes du combo, quoi de plus logique après tout. Le voyage forme la jeunesse et Black Country, New Road a encore beaucoup de chemin à découvrir… Restons attentif, ils pourraient bien nous surprendre à nouveau.

 

Écouter : https://bcnr.lnk.to/afutAF

Suivre : https://www.facebook.com/BlackCountryNewRoad

Stef’Arzak