Chroniques

44es Trans Musicales, Les artistes à l’affiche

Le rendez-vous incontournable des amateurs de musiques actuelles, qui conserve malgré les ans (depuis 1979)  la même ligne directrice “découvrir les tendances musicales de demain”. Cette programmation des 44es Trans Musicales mitonnée par Jean-Louis Brossard and co, joue plus que jamais la carte de la découverte et s’étoffe à nouveau avec pas moins de 11 nouveaux artistes, pour faire le plein d’énergie aux univers musicaux toujours singuliers. 
Vivement …



Focus sur les artistes qui éveillent déjà notre curiosité :

ZAHO de SAGAZAN, une voix singulière et puissante, de celles qui provoquent de grands frissons. Un timbre grave porté en alternance par son piano ou par des rythmes électroniques au croisement de la techno et de l’electronica. Passant des murmures aux cris, la jeune artiste s’amuse, se raconte et dissèque avec mélancolie les travers humains sur des textes en français d’une sincérité tranchante. 
Mercredi 07 décembre 22h00 – L’AIRE LIBRE

DUO RUUT  est la rencontre fusionnelle entre deux jeunes artistes estoniennes, Ann-Lisett Rebane et Katariina Kivi. Leur son associe leurs deux voix à une unique cithare estonienne sur laquelle elles jouent simultanément. Inspirées par les traditions de leur héritage estonien, elles tirent leur inspiration des croyances de différentes cultures qu’elles font passer à travers le filtre de leur écriture contemporaine.
Mercredi 07 décembre 20h45-  L’AIRE LIBRE

SIR GREGGO Mêlant guitares abrasives et rythmiques imprévisibles, le tout dans un épais nuage psychédélique, le rock de Sir Greggo s’autorise toutes les fantaisies. Le quatuor rennais évoque une rencontre de King Gizzard et Jethro Tull, notamment grâce à son étonnante flûte traversière, ici triturée et couplée à des pédales d’effets.
Jeudi 08 décembre 16h30 – UBU

BEAU BANDIT Le quintet pop rennais Beau Bandit présente un univers doux, joyeux et enivrant, aux belles références (Bowie, Eels, Andrea Laszlo De Simone). Un travail d’artisans orfèvres dans la confection de chansons aux mélodies et aux arrangements soignés où claviers et chœurs achèvent de nous convaincre qu’on tient là une nouvelle pépite rennaise. Point de violence chez Beau Bandit, mais un braquage du cœur.
Jeudi 08 décembre 17h10- L’ÉTAGE



CEYLON Les exaltants morceaux de plus de dix minutes de ce quintet toulousain, qui se moque bien des formats et des figures imposées, s’étirent comme des odyssées cosmiques. Ceylon, c’est long, et c’est beau. Aiguillé par Louise (chant) et Tristan (chant, guitare), le groupe renoue le fil avec le rock prog et psychédélique des années 1960, ses rythmiques hypnotiques, ses sonorités orientales, son sentiment de liberté.
Jeudi 08 décembre 17h45 – UBU

KITCH Ne pas se fier au nom trompeur de ce quatuor. La musique de Kitch ne l’est absolument pas. Elle sent moins la naphtaline que le parfum de l’audace. Les guitares rugueuses cohabitent avec un piano classique lyrique, les embardées funk metal passent le relais à des envolées psychédéliques, la précision du math rock subit les assauts du hip hop… 
Jeudi 08 décembre 19h00 – UBU


MEULE Ce trio originaire de Tours pratique le krautrock option garage, catégorie figure libre. En live, cette attitude affranchie des standards se perçoit dans la configuration du groupe, avec deux batteurs frappant face à face. Se tenant debout derrière le buisson de câbles d’un antique synthé modulaire, le guitariste tranche le débat rythmique à coups de riffs cinglants.
Jeudi 08 décembre 21h10 – PARC EXPO – HALL 3


ASTÉRÉOTYPIE Ce collectif musical né d’un projet mené à l’Institut Médico-Éducatif de Bourg-la-Reine avec de jeunes autistes souffle un fort vent de fraîcheur sur le rock français. Claire, Stanislas, Yohann, Aurélien et Félix sont accompagnés par leur éducateur Christophe et des membres du groupe Moriarty. La troupe malaxe le langage pour pétrir des cadavres exquis poético-surréalistes sur fond de slam-punk bruitiste et atypique.
Jeudi 08 décembre 22h50 – PARC EXPO – HALL 3

SUNSAY L’Ukrainien Andriy Zaporozhets, alias Sun, est une figure musicale importante dans son pays. Il doit notamment sa notoriété à 5’Nizza, le duo reggae acoustique qu’il continue de former avec son ami Serhii Babkin. Sous les couleurs de SunSay, le chanteur originaire de Kharkiv mène depuis 2007 un projet solo aux vibrations positives qui fusionne en toute quiétude jazz, funk, neo soul et reggae. S’exprimant en ukrainien, en russe et en anglais, ce pratiquant de la méditation célèbre la paix, l’amour et la protection de la Terre.
Jeudi 08 décembre 01h40 – PARC EXPO – HALL 3

SEB MARTEL Guitariste multicarte ayant notamment participé au groupe de musiques latino-américaines Las Ondas Marteles et joué dans l’ombre de nombreux artistes comme M, Alain Chamfort, Julien Lourau, Camille ou Femi Kuti, le compositeur Seb Martel rallume la lumière d’une carrière solo longtemps mise entre parenthèse. Signé sur l’élégant label inFiné, cet explorateur sonore présente un nouveau projet expérimental reposant sur l’utilisation de guitares électriques rares conservées au Musée de la musique et sur l’esquisse de paysages électriques épurés.
Vendredi 09 décembre 16hh00 – L’ÉTAGE


LEWIS EVANS Natif de Liverpool et Normand d’adoption, Lewis Ewans a connu une première carrière de musicien à la tête du groupe de Saint-Lô The Lanskies (Trans 2010), puis en solo, avant de finalement jeter l’éponge. Trop difficile de vivre de son art. Devenu jardinier à Granville, c’est loin des vicissitudes de la scène qu’il retrouve le plaisir de la musique et renoue finalement avec l’envie de composer. Dans son album de 2022 L’Ascension, le Franco-Britannique maîtrise l’art de cultiver des chansons acoustiques intimistes et entraînantes aux remarquables arrangements country folk. Le songwriter a toujours la main verte.
Vendredi 09 décembre 19h30 – L’ÉTAGE

HIPPIE HOURRAH Ce groupe de Montréal emprunte son nom à une chanson de Jacques Dutronc de 1968 dans laquelle il se moquait gentiment des hippies. Le trio formé par Cédric Marinelli, Miles Dupire-Gagnon et Gabriel Lambert s’amuse avec les codes du rock et de la pop psychédélique des années 1960, coloriant ses mandalas cosmiques d’une pointe de folk ou de country à la façon des Allah-Las. La musique de Hippie Hourrah invite à larguer les amarres pour des contrées magiques et merveilleuses : un véritable trip psychédélique.
Vendredi 09 décembre 18h20 – L’ÉTAGE

SARAKINIKO Projet solo (qui devient trio sur scène) du Breton Yann Canevet, auparavant croisé dans le groupe The Summer Of Maria False (Trans 2008), Sarakiniko joue une musique nourrie du shoegaze de My Bloody Valentine et du son de la scène new wave britannique des années 1980. C’est ce son si particulier, qu’il qualifie lui-même de “mud pop”, que l’on retrouve dans son premier album paru cette année, Red Forest, où se mêlent guitares langoureuses et rythmiques implacables.
Vendredi 09 décembre 21h00 – PARC EXPO – HALL 3


JAN VERSTRAETEN La pop orchestrée du Flamand Jan Verstraeten bouillonne de références et d’idées. Est-ce parce que le Gantois solitaire s’adonne aussi à la peinture que sa musique gorgée de soul et de violons a le don de faire surgir les images en cinémascope ? Ses compositions-cartes postales nous emportent dans des mondes étranges et luxuriants où l’on croise des vampires, Britney Spears et des rêves glacés. Fermez les yeux, ouvrez les oreilles.
Vendredi 09 décembre 23h40 – HALL 8

JEANNE BONJOUR Comédienne formée au Conservatoire, la jeune artiste rennaise est aussi musicienne et reprend avec la même souplesse respectueuse Françoise Hardy (Le temps de l’amour) et le rappeur Oboy (Cabeza). A la croisée des sons et des courants, Jeanne Bonjour se laisse guider par son écriture intime et sensible. La chanteuse à la voix opaline puise dans son vécu et ses angoisses, abordant notamment de front le sujet de la dépendance, pour raconter des histoires souvent sombres sur le ton de la confidence. Elle sera accompagnée aux Trans Musicales par son nouveau groupe.
Samedi 10 décembre 16h00 – L’ÉTAGE

PUULUUP En chantant à l’unisson et en exploitant toute la palette sonore du talharpa (un instrument scandinave millénaire, sorte de lyre à quatre cordes), les Estoniens Ramo Teder et Marko Veisson façonnent des airs à danser ou à méditer absolument palpitants. Ne vous fiez pas à leurs costumes sombres et bien repassés, les deux compères de Puuluup s’amusent à dévergonder le folklore par des incantations rap et un art maîtrisé de la boucle sonore. Le tandem a d’ailleurs astucieusement choisi comme nom un palindrome : “puu” signifie “arbre” en estonien et “luup” est une réécriture de l’anglais “loop”, qui signifie “boucle”.
Samedi 10 décembre 22h55 – PARC EXPO – HALL 3

•Théo Muller et ses compères de DALLE BÉTON, forment une joyeuse bande aux influences électro-punks-kraut-rock déjantés. Une bande bretonne de punks et producteurs électroniques, tendance kraut, qui ont une dent contre la start-up nation et la musique trop propre.
Jeudi 08 décembre 19h30- PARC EXPO – PLACE DES FETES

•La toute nouvelle création innovante de Sébastien Devaud, alias Agoria (Cofondateur du label InFiné, des Nuits Sonores de Lyon et à l’origine du label Sapiens) il présentera au Parc Expo une nouvelle création inspirée par une rencontre innovante entre art et sciences. Le son, les gestes de l’artiste, le public et la salle influeront en temps réel sur l’œuvre visible ainsi créée, de façon collaborative.
Jeudi 08 décembre 23h30 – PARC EXPO – HALL 8

SWORN VIRGINS dans le projet by side de Clams Baker (Warmduscher), il y a du dark disco, de l’electro, de l’acid house anglaise et un paquet d’humour. Ce mystérieux duo britannique, protégé des 2 Many DJ’s/Soulwax et de leur label DEEWEE met le paquet pour danser poisseux tout en se sentant sexy, porté par ces titres chantés d’une voix caverneuse, échos de backrooms où l’on entendrait du Suicide dans les enceintes.
Samedi 10 décembre 00h30 – PARC EXPO – HALL 9

SABABA 5 Du groove, ce quatuor de Tel-Aviv en a à revendre, qu’il leur vienne du funk, du disco, d’influences de la musique mizrahi ou de chansons traditionnelles yéménites passées par le filtre d’un psychédélisme moyen-oriental. Un bon moyen de se téléporter en quelques notes de synthés analogiques dans les seventies, sur les côtes de la Méditerranée, une fleur dans les cheveux.
Dimanche 11 décembre 00h40 – UBU

Enfin la playlist des 44es Trans pour vous faire une idée de cette belle programmation :