L’équipe

Stéphane, Claude, Guillaume de Lust4Live ici avec Olivier RED (gauche) et Philippe Tessier (droite).

L’équipe de Lust 4 Live


Claude Le Flohic (alias) Alechinsky

Début des 80’s, Alechinsky découvre les scènes de Manchester et de Londres et se nourrit des sorties de Factory Records, Creation et Rough Trade. Enfant du rock (qu’il soit punk, new-wave, post-punk, psyché, shoegaze ou garage) voyageur, curieux, jamais rassasié, il n’a de cesse de vous faire partager ses coups de cœur au travers de chroniques ‘’latest not last’’, qui vous transporteront quelque part entre Paris, Melbourne, Rennes ou Binic.

Stéphane Perraux (alias) Stef’Arzak

La musique fonctionne à la façon d’un agréable virus, comme celui de la rage, qui se développe à l’intérieur de mes cellules vivantes (la bave en moins). Parfois, elle me titille, m’interpelle, mais surtout sans jamais avoir de cloisonnement. Libre d’écoute ! Dans une palette aussi variable que contradictoire. Comme la vie en somme ! Toujours devant, toujours en mouvement. Vivre sans musique reviendrait à manger sans gustation ou boire un verre sans les copains.

Anthony (alias) Anth ony

Anthony c’est l’homme cocktail : Le fils d’une mère espagnole qui lui a insufflé le goût aux musiques dansantes ( Compay Segundo s’il ne fallait en citer qu’un…). Le fils d’un père soixante-huitard qui a rapidement posé les fondations à grand coups de guitares électriques aux riffs acérés (Gotthard, Black Sabbath et tant d’autres classiques). Le frère cadet de la famille qui a appris à faire le grand écart à coup de rap US , culture hip-hop et du metal fusion (Rage Against The Machine, Korn, Jamiroquaï, Dj QBert…). Ce mélange le fera se tourner dès le début de l’adolescence vers la pratique de la musique, la batterie dans un premier temps. Puis la guitare, la basse, et enfin le chant. Cet éclectisme apporté par sa famille sera sa marque de fabrique lors de ses projets musicaux ( métal fusion , punk uk , rock us , electro, auto-prod…). Aujourd’hui cette joie du mélange des saveurs , Anthony la fait partager en écrivant avec des mots simples sur des groupes qu’il considère comme « en devenir ». Fervent défenseur de l’ouverture d’esprit, il ne rêve que d’une chose : que l’auditeur s’ouvre à ce mélange savoureux et moins radiophonique qu’est l’immensité de la richesse musicale indépendante.

Vanessa

Que ce soit en musique ou en poésie, les mots l’ont bercée depuis l’enfance. Poète, elle aime jouer avec et les cultiver dans son jardin non secret en récoltant un plaisir infini à partager expériences et ressentis . Electro, trip-hop, pop, indie rock psyché avec un zeste de punk constituent son cocktail musical favori, mais son ouverture d’esprit la mène à un éclectisme côtoyant tous les styles musicaux présents, passés et futurs.

Guillaume Dubost (alias) d’Arsène

Avant de fermer les yeux, choisissez un album, une playlist sur mesure (ou laissez faire simplement le hasard parfois…sur un bien-entendu ça peut marcher…), installez-vous et lancez les notes !
Voilà pourquoi j’aime la musique, elle permet de voyager, si loin où la raison s’égare comme dirait l’autre… S’égarer au gré des artistes et de leurs inspirations lorsqu’ils se lancent sur scène ou qu’ils nous laisseront nous approprier leurs rêves.
Leurs tracs sont la preuve d’un travail en amont, alors il faut leur laisser le temps et écouter. Entendre n’est pas Ecouter !
Alors si la luxure du live est là, à ces moments-là, nous sommes tous bel et bien vivants !!!

Bartholé

Tout commence par le piano, pas celui dont je n’ai jamais joué, mais celui de mon grand-père, professeur de conservatoire, s oliste qui accompagna un temps Edith Piaf et composa pour elle. Instrument majestueux et sensuel sur lequel il jouait de ses doigts virtuoses Debussy, Fauré, Ibert. Aujourd’hui, je retrouve ce plaisir charnel autant à la salle Pleyel ou à la philharmonie de Paris que lors du concert des Marquis de Sade au Petit Bain ou devant la scène de la Cloche à Binic pour pogoter sur le gros son des deux quintaux du bassiste des Mark Porkchop Holder. Je suis un épicurien musical. En hommage à mon grand-père et pour faire partager cet éventail d’émotions, je reprends son nom d’artiste pour signer désormais Bartholé.

Sylvain Daïanu​ (alias) John Book

Nourri aux blockbusters des années 80, au rock fiévreux période New Wave et à la poésie contemporaine,  je voue une admiration sans borne à Steven Spielberg, Noir Désir, Richard Fleischer, Jeff Buckley, Park Chan Wook , Jean Louis Murat, Steve Mac Queen, Fugazi, Andreï Zviaguintsev, A-ha, Akira Kurosawa, George Michael, Jean Claude Brisseau, Arthur Rimbaud, Radiohead, Valérie Rouzeau, Sebadoh, Bukowski, Guy Goffette,  Calaferte, Nick Cave, Kate Bush, Sharon Van Etten, Vic Chesnutt, Daniel Darc et 16 Horsepower. Et éprouve  un amour inaltérable pour  Les Aventuriers de l’Arche Perdue, Jaws, Shame, West Side Story, Krull, les Goonies, Le Cercle des Poètes Disparus… sans oublier Isabelle Huppert, Kate Winslet, Jean Gabin et l’immense Harrison Ford. Un Shaker géant de sentiments qui remplit ma vie et la secoue dans tous les sens! Du Rock à fond les ballons, une salle de Cinéma vintage et de l’élévation spirituelle. What Else ? Ha oui, j’oubliais, La Vie est Belle!

Nora Bouzit







Anne Marzelière

Back to Rennes, fin des années 80 début 90
Les oreilles dans les bacs de Rennes Musique, une institution.
Indé Maniac / épluche le NME
Oh Manchester So much to answer for…
Nourrie à la Factory Records
Bercée par 4AD et Sarah Records
Passionnée d’Art et de Photographie , de rencontres avant tout .
Mon moteur absolu: Sound & Vision

Annick Fidji

Passionnée de musique et de mots, j’aime découvrir la musique en Live. Si vous me voyez souvent au premier rang lors des concerts, ce n’est pas par fanatisme, c’est pour voir les artistes exprimer leur art, la transcendance qui s’opère quand ils sont sur scène, les voir ne plus faire qu’un avec leur instrument et la complicité dans le groupe. C’est avoir le regard aiguisé pour saisir l’instant, l’instant de grâce, l’ œil est aussi important que les oreilles. Le live est un instant hors du temps. La musique est le baume qui adoucit les aléas de la vie.

Lolo Patchouli

Laurence JOLY Je suis née en 1966. J’ai grandi en Normandie et me suis installée à Paris en 1989. Passionnée de musique, d’images et de scène, j’ai officié dans les milieux artistiques : la publicité, la production musicale, le cinéma d’animation. Depuis une dizaine d’années, je côtoie les planches en qualité de comédienne amateur et travaille bénévolement durant l’été pour des festivals de musique autant à l’accueil artistes (Rock in the barn), qu’au catering artistes et bénévoles (Binic Folks blues festival) et au bar des bénévoles (La route du rock). Aujourd’hui, je me consacre à l’écriture de mes livres, le premier, un recueil de nouvelles a été publié chez Fauves Éditions et est paru le 14/11/2019. Je travaille actuellement sur le second, un roman. Musicalement parlant, j’écoute de la folk, du garage, des standards du rock’n’ roll des années 50, 60, 70, du punk rock, de la country, du blues, du jazz, mais aussi du bluegrass, de l’indie, de la pop, du classique, de l’électro, du rap, et en français des chanteurs « poètes » à textes comme Bashung, Gainsbourg, Thiefaine, Higelin, Barbara, bref mes goûts sont très très éclectiques. Je suis avide de nourriture culturelle en tous genres, aussi je m’enivre d’expos, je dévore des films au cinéma, je me délecte de quelques soirées au théâtre, et je me régale de me promener dans Paris et prendre des photos, j’aime beaucoup le street art, l’architecture, les monuments, les jardins et parcs, et j’adore Paris. Vous l’aurez compris, je suis gourmande de culture, mais aussi de bonnes bouffes et de bons vins.

Bruno Bamdé

Deep Purple capta mon adolescence en même temps que Led Zep et les Floyd. A une époque où la cassette audio permettait le partage, des années lumières avant le streaming… Une époque radio au début des radios libres durant trois ans… Puis les salles obscures, théâtres et concerts eurent un attrait plus que passionnel et la photo me permit d’étendre davantage ces champs musicaux. Depuis pas mal de temps, je sillonne avec mes boîtiers, les petites salles, les grandes scènes et festivals bretons. La photo est devenue mon activité principale que je partage avec le dessin quand le traitement photos m’en laisse le temps. Et tout ça baigné par la musique de ma fidèle platine vinyle qui fête ses 40 ans cette année…